#DébatsVerts17

Comment se présente une économie au service de la population à l’ère numérique et globalisée ?

 

Les Verts veulent renforcer les circuits courts et l’économie locale, dans l’agriculture et dans l’industrie, notamment. En tant que pays pauvre en matières premières, la Suisse est en partie tributaire des échanges et de la durabilité tout autour de la planète. Depuis plus de 30 ans, les Verts s’engagent pour le commerce équitable, la paix dans le monde et la démocratisation. Nous combattons la sous-enchère et l’évasion fiscales et les arrangements spéciaux pour les multinationales, les banques et les détenteurs de capitaux.

Les Verts veulent un changement fondamental de l’économie. Elle doit servir les êtres humains et leur environnement, non l’inverse. Pour cela, il faut une utilisation modérée des ressources, telle que la réclame l’initiative pour une économie verte. Il faut préserver les ressources pour les transmettre aux générations futures, tout en évitant les dommages environnementaux, notamment grâce à l’innovation et à l’efficience. Cela garantit des places de travail localement. En assurant la vérité des coûts dans le secteur des transports et un bon service public, nous voulons renforcer l’économie de proximité, responsable et solidaire. En font partie également des soins et une politique de formation bien développés.

Face à la raréfaction des ressources naturelles et aux limites de la croissance économique, le travail, le salaire et la fortune doivent être distribués de manière plus équitable. Comment redéfinir ces mécanismes dans une période où les places de travail sont englouties par la numérisation ? A quoi ressemblent les nouvelles formes de redistribution et de sécurité sociale ? Une question pour les Verts !

Pour approfondir le sujet

« Plus de la moitié des employés sont ‘souvent stressés’ au bureau » (Le Temps, 16.1.17)

« Absurdes et vides de sens : ces jobs d’enfer » (Le Monde, 22.4.16)

« Taxer les robots ? », conférence de Xavier Oberson, prof. de droit à l’Unige (fév. 2017)

« Professions commerciales 4.0 – numérisation et offshoring » (Société suisse des employés de commerce, nov. 2016)

« Partagée, la voiture autonome aura un fort impact sur le trafic », interview de Vincent Kaufmann, sociologue à l’EPFL (TdG, mars 2017)

Une réponse

Anglada Christian

En contribuant à l’élaboration de propositions de modeles économiques alternatifs au capitalisme industriel, en assumant que celui-ci est structurellement à la base du dépassement des limites planétaires, et donc que l’adapter n’est pas une option réaliste.
Voir en Suisse les travaux de Christian Arnsperger à l’Université de Lausanne.

Répondre

Participez à la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *